Licence de spectacle 2 Numéro: 2-1110585               Licence de spectacle 3 Numéro: 3-1110586

LILOÏSE PRODUCTIONS est membre de la SCPP

© 2018 LILOÏSE PRODUCTIONS

Please reload

Linda de Suza

LINDA DE SUZA
LA FORCE DE CROIRE

Depuis plus de 40 ans, Linda de Suza chante la misère et l’espoir, la mélancolie et la chance. Plus qu’une chanteuse, Linda est une véritable passionaria. Sans jamais perdre la force de croire en des jours meilleurs, Linda a toujours chanté sa vie avec une voix de velours. Exemple d’intégration, elle a aussi toujours incarné une femme forte et fragile, aux prises avec la fatalité du destin. 

De son enfance difficile dans le Portugal dictatorial de Salazar, Teolinda Joaquina de Sousa Lança a puisé l’audace et la détermination qui ont guidé sa route. Comme le disait Napoléon, les privations et la misère sont l’école du bon soldat. Teolinda a tout d’un bon soldat. Née le 22 février 1948, toute sa vie Teolinda devra se battre avec un regard de flamme, pour conquérir un monde nouveau. Après avoir connu l’orphelinat entre 5 et 12 ans, elle part faire des ménages avant de trouver un autre travail dans une usine de tissage pour aider sa mère à subvenir aux besoins de la famille. Dans cette ambiance digne d’un roman picaresque, où l’espoir des jours meilleurs chasse les larmes, Teolinda choisit de saisir le stylo qui écrit le destin. Devenue maman à 20 ans, elle doit élever seule son petit Jeannot. 

L’ESPOIR DE JOURS MEILLEURS…
Comme plus d’un million de Portugais, Téolinda décide en 1969, de fuir la misère et les guerres coloniales de son pays. Elle passe la frontière clandestinement en quête de liberté. Elle arrive alors en France où elle comprend qu’elle peut commencer une autre vie. Mais pas question de laisser son fils au Portugal, elle retourne donc le chercher. En 1970, Teolinda revient avec lui en France bien décidé à y trouver sa chance. Avec la force de sa foi et de sa croyance, elle sait qu’elle y parviendra et qu’elle finira par toucher ce soleil qui lui manque tant. 
Dans un premier temps, pour élever son petit garçon, elle fait plusieurs petits boulots dans des usines avant de devenir femme de ménage. Même si rien n’est facile, la chanson reste pour Teolinda la manière la plus agréable d’ignorer la dureté de son quotidien. Elle chante la Saudade ou les refrains de son enfance. De Fado en musique folklorique dansante, Linda chante tout le temps. Elle se rend parfois Chez Louisette, un restaurant situé dans le marché aux Puces de Saint-Ouen. Dès que l’occasion se présente, elle y chante pour le plus grand plaisir des clients. C’est là, qu’elle rencontre un jour le compositeur André Pascal qui lui présente un de ses confrères, un certain Alex Alstone qui a déjà travaillé avec Charles Aznavour, Tino Rossi, Nana Mouskouri et tant d’autres. Alstone compose une mélodie pour Teolinda et lui présente l’auteure Vline Buggy qui va écrire des paroles sous le titre Un Portugais et lui fait rencontrer le producteur Claude Carrère qui lui fait signer un premier contrat de disques. 
Dès lors, tout va s’allumer dans la vie de la jeune portugaise.

RENDEZ-VOUS AVEC LA FRANCE…
Teolinda devient LINDA DE SUZA. Ce premier 45 tours sort en février 1978. La directrice des programmes de RTL, Monique Le Marcis le diffuse très souvent à l’antenne et très vite toutes les autres radios suivent. Le 26 mars, Linda de Suza participe à sa première grande émission de télévision Les Rendez-vous du dimanche, présentée par Michel Drucker. Ce jour là, la France entière découvre le visage lumineux de cette jeune chanteuse d’origine portugaise. Dans les jours qui suivent, sa chanson Un Portugais devient un immense succès populaire. Tout semble enfin sourire à l’ex femme de ménage qui comme elle aime à le dire souvent, avec humour, délaisse dès lors son aspirateur pour le micro. Un Portugais devient disque de platine. 
Gloire, télévision, fêtes, bravos, bijoux, chansons, la vie de Linda brille désormais de milles feux. Elle devient en quelques mois une véritable star qui catalyse les espoirs de millions d’immigrés. Après tout si Linda a réussi à mettre de la couleur à ses rêves, pourquoi d’autres n’y arriveraient pas ! Les derniers peuvent aussi devenir les premiers !

STAR INTERNATIONALE…
Les tubes s’enchainent : Lisboa en 1979, Tiroli-Tirola en 1980, O Malao Malao en 1982, L’ Etrangère en 1983 qui devient triple disque d’or. Cette même année, Linda de Suza se produit en vedette pendant 15 jours sur la scène de l’Olympia. C’est un véritable triomphe reconduit pour 15 jours supplémentaires à guichets fermés en 1984. Cette année là, elle chante La Chance et publie une autobiographie aux Editions Carrère Lafon, La Valise en Carton. Ce livre se vend à plus de deux millions d’exemplaires.
Femme de scène, Linda de Suza se produit non seulement en France mais également partout dans le monde. Elle chante en allemand, en anglais, en espagnol et bien sûr en français et en portugais. Les plus grands auteurs écrivent pour elle de Charles Aznavour à Jean Ferrat de magnifiques chansons qu’elle interprète avec force et conviction. 

LA VALISE EN CARTON…
En 1986, La Valise en Carton est adaptée en comédie musicale mais le succès sur scène au Casino de Paris n’est pas au rendez vous. En revanche, la série télévisée qui est diffusée en 1988, en six épisodes, sur Antenne 2 en France, et dans plusieurs pays, rassemble des millions de téléspectateurs. Linda interprète le générique Ca ne s’oublie pas. Cette même année, Linda de Suza sort chez CBS un nouvel album intitulé Simplement vivre sur lequel figure un duo avec son fils intitulé Dis-moi pourquoi. Dans les années 90, Linda de Suza sort des Best-of et continue de parcourir le monde. Elle chante au Liban, au Canada, en Australie et un peu partout dans le monde. En 1997, Linda de Suza part à Madagascar où elle rencontre le père Pedro et soutient son association qui lutte contre la pauvreté.  
Aujourd’hui, Linda de Suza reste un véritable symbole pour toute une génération de déracinés. Femme à la fois forte et fragile, parfois mystérieuse, intrigante elle n’a jamais cessé de croire en sa bonne étoile. Avec plus de 20 millions de disques vendus, cette chanteuse internationale reste dans le cœur du public. Ses chansons pleine d’émotions, parfois mélancoliques, parfois joyeuses sont ancrées dans toutes les mémoires comme autant de repères à des vies de peu mais pleines de lumière. Toutes ces vies qui faisaient dire au célèbre écrivain portugais Fernando Pessoa, que les vrais mystères sont ceux de l’espoir.